Vous souhaitez nous rejoindre

ou obtenir des informations concernant Mutualpharm SRA ?

Contactez-nous !

François Leclerc

+33 (0)6 62.24.61.29

Bruno Soufflet

+33 (0)6.17.75.66.24

Mail

bruno.soufflet@mutualpharm.fr

ADRESSE

Mutualpharm SRA
Espace le Barthélemy
11-13 avenue Barthélemy Thimonnier
69300 Caluire

Le Règlement Général sur la protection des données RGPD est devenu ces derniers mois le dispositif à mettre en place en priorité.

A partir du 25 mai chaque entreprise devra se conformer au cadre fixé pour exploiter les données de leurs employés, clients ou fournisseurs avec comme dénominateur commun la transparence et la sécurisation. Chacun doit pouvoir savoir ce qui est fait de ses données et intervenir sur leur utilisation. Comme toujours une partie des grosses entreprises seront prêtes le 25 mai, c’est une autre histoire pour les TPE-PME qui n’ont découvert que récemment ce règlement pourtant adopté en 2016 par le Parlement européen. Selon différentes études, seule 20 à 30% des entreprises françaises répondent aux obligations du RGPD du 25 mai.

Pas de panique, l’erreur serait de ne rien faire. Il faut profiter de cette formidable opportunité de transformation numérique qui est offerte à nos officines.

  • La première chose à faire est de vous rapprocher de votre fournisseur de LGO pour vérifier sa mise en conformité. Il est fort à parier que tout a été fait pour éviter les 20 millions d’euros d’amende ou les 4% du CA mondiale en cas de manquement grave au RGPD. De plus nous parlons de données de santé spécialement sensibles.
  • La deuxième chose est d’aller sur le site de la CNIL qui fournit des outils d’accompagnements pour aider les TPE-PME à se mettre en conformité : https://www.cnil.fr/fr/rgpd-comment-la-cnil-vous-accompagne-dans-cette-periode-transitoire
  • Enfin certains laboratoires proposent d’ores et déjà des applications de santé pertinentes aux pharmaciens qui viennent renforcer le rôle de conseil et d’accompagnement aux patients. Pensez à demander comment sont collectées les données ? comment sont-elles sécurisées ? quelles garanties le pharmacien va pourvoir donner à ses patients sur l’utilisation des données ? Si la réponse n’est pas satisfaisante, passer votre chemin.

Il me semble que le législateur ne va pas distribuer des coups de bâtons à tous les mauvais élèves ! J’aime à croire qu’il fera preuve de compréhension à l’égard de ceux qui auront entrepris leur chemin de croix vers le RGPD.

Vous ne vouliez pas être un pharmacien 2.0, mais vous devrez être un professionnel 3.0, courage les amis.

François Leclerc