Vous souhaitez nous rejoindre

ou obtenir des informations concernant Mutualpharm SRA ?

Contactez-nous !

François Leclerc

+33 (0)6 62.24.61.29

Bruno Soufflet

+33 (0)6.17.75.66.24

Mail

bruno.soufflet@mutualpharm.fr

ADRESSE

Mutualpharm SRA
Espace le Barthélemy
11-13 avenue Barthélemy Thimonnier
69300 Caluire

L’ordonnance du 19 décembre 2012 – relative au renforcement de la sécurité de la chaîne d’approvisionnement des médicaments, à l’encadrement de la vente de médicaments sur internet et à la lutte contre la falsification de médicaments – introduit dans le code de la santé publique la notion de «courtage», un terme souvent sous les feux de l’actualité ces derniers mois avec le scandale de la viande de cheval étiquetée comme du bœuf.

Le courtage de médicaments est défini comme «toute activité liée à la vente ou à l’achat de médicaments qui ne comprend pas de manipulation physique et qui consiste à négocier indépendamment ou au nom d’une personne physique ou morale».

L’activité de courtage se limite donc à la négociation, les personnes pratiquant cette activité devant :

  • se déclarer à l’ANSM
  • veiller à ce que le médicament objet du courtage bénéficie d’une autorisation de mise sur le marché française ou européenne
  • se conformer aux dispositions relatives à la lutte contre la falsification des médicaments
  • rendre compte de la traçabilité des lots de médicaments
  • respecter les dispositions de bonnes pratiques de distribution définie par l’ANSM

Certains esprits chagrins ont voulu opposer courtage et SRA oubliant que les obligations des pharmaciens d’officine transcendent le simple cadre commercial. Car si ces dispositions incluent également de nouvelles obligations pour les SRA, elles ne remettent nullement en cause leurs spécificités et les fondements du décret de 2009 relatif aux CAP et SRA qui permet aux pharmaciens d’optimiser leur politique d’achats de médicaments. Mutualpharm partage le souci du législateur de sécurisation de la chaîne de distribution du médicament et salue ses efforts pour maintenir toute la clarté et la traçabilité que les patients sont en droit d’exiger.
Tous les membres du groupement – qui oeuvrent quotidiennement en tant qu’acteurs de santé publique – sont engagés dans une démarche commune privilégiant la transparence et approuvent toute initiative contribuant à la sécurisation de la chaine de soin.

Notre métier de pharmacien n’est pas un métier comme les autres, parce que le médicament n’est pas un produit comme les autres.